Lettre ouverte d'un orthodontiste...

Lettre ouverte...

Lettre ouverte d'un orthodontiste...

Message par Invité » 26 Août 2003 11:21

Le Sourire de l’adolescence

Lettre ouverte d’un orthodontiste à ses jeunes patients.

En tant qu’adolescent, tu vas commencer à devoir decider de la façon dont tu voudras mener ta vie, ce qui implique de devoir prendre des décisions au sujet des différents traitements que requièrent certaines séquelles de ta fente faciale.

Jusqu’à présent, ce sont tes parents qui ont pris ces décisions à ta place. Le fait d’être désormais plus directement concernés, en étant partie prenante du processus de décision, tu seras probablement plus à l’aise vis-à-vis de ces traitements.

D’un autre côté, cela peut te mettre dans l’embarras ou te faire un peu peur. Il est même possible que tu ne sois pas d’accord avec tes parents par rapport à tel ou tel traitement qui te sera proposé ou recommandé. C’est ainsi que tu réaliseras toi-même combien il a pu être difficile pour tes parents de prendre des décisions importantes te concernant, lorsque tu étais petit.

T’en fais pas, on s’occupe de tout…

Il n’est pas toujours facile de savoir ce qui est vraiment important. Certains adolescents veulent bénéficier de tous les traitements possibles et imaginables. D’autres, au contraire, veulent éviter toute nouvelle opération et refusent même d’aller consulter les médecins. Pourtant, il vaut certainement se montrer souple en face des décisions à prendre. Essaie d’analyser tes besoins, tes soucis, et au besoin, demande l’aide des spécialistes en n’hésitant pas à poser toutes les questions qui te préoccupent. Les spécialistes de l’équipe pluri-disciplinaire, que tu connais tous assez bien (depuis le temps…), ne demandent qu’à te rendre service et à t’aider du mieux qu’ils peuvent. Leur but est de t’offrir les meilleures solutions, dans leur différents domaines de compétences. De toute manière, sache que ton opinion est très importante à leurs yeux.

Tes parents resteront, bien entendu, fortement impliqués dans toute décision. Si tu as eu la chance de pouvoir toujours discuter ouvertement avec eux de tous tes problèmes, tu seras sûrement bien préparé à participer désormais activement à ton traitement en exprimant ton opinion et en cherchant les réponses à tes questions.

Au contraire, si tes parents et toi avez souvent été en conflit ou en désaccord, alors ce sera un peu plus difficile. Rappelle-toi qu’il y a dans notre équipe pluri-disciplinaire des gens particulièrement compétent pour tenter de résoudre des conflits et « arrondir les angles ». Ce sont les psychologues. Ils connaissent les problèmes de l’adolescent et aussi ceux des parents. Ils sont formés et compétents pour te “dépanner“, te remonter le moral et t’aider à passer les mauvais moments. Il ne faut pas hésiter à leur demander aide et conseils.

Si parfois il t’arrive de vouloir refuser un traitement que les spécialistes jugent important et/ou recommandable, sache que tu en as certainement le droit, mais que certains traitements seront plus difficile à faire lorsque tu seras adulte. Ils seront aussi, peut-être, moins efficaces, plus longs etc…

En règle générale, il faut savoir que certains traitements peuvent se faire à n’importe quel âge, mais que d’autres doivent impérativement être faits à certaines époques précises, en fonction de ta croissance et de ton développement. Par exemple, la greffe osseuse doit se faire entre 9 et 10 ans. Plus tard, le résultat risque d’être nettement moins bon. La chirurgie des mâchoires (chirurgie maxillo-faciale ou orthognathique) et la chirurgie esthétique du nez (rhinoplastie) ne peuvent se faire qu’en fin de croissance (après 16 ans pour les filles, après 17-18 ans pour les garçons. La logopédie donne les meilleurs résultats avant l’adolescence. De plus, il y a les problèmes d’assurance qui rendent les traitements après l’âge de 20 ans un peu plus compliqués.

Les colloques du samedi (CHUV, Lausanne)

Tu connais assez bien les différents spécialistes de l’équipe pluri-disciplinaires du CHUV. A intervalles réguliers, tu as dû perdre un samedi matin pour venir te montrer au CHUV, te laisser examiner par toute l’équipe et tu as peut-être parfois trouvé le temps long et ennuyeux. Certainement tes parents aussi. Mais comme eux, tu auras, nous l’espérons, pu juger de l’utilité de ces examens.

Maintenant que tu es adolescent, tu seras encore, une fois ou l’autre, convoqué un samedi matin. Profites-en pour t’intéresser à ton traitement, en posant quelques questions sans te gêner. C’est pour toi et pour toi seul que nous sommes réunis en équipe. Certaines fois nous aussi, nous aimerions être à ski ou à la plage, le samedi matin. Si nous sommes là, c’est pour t’aider, toi et tes parents, à trouver les meilleures solutions à tes problèmes. Le samedi matin, nous prenons tout notre temps pour cela. Profites-en.

L’orthodontie…

Quelle calamité pour un adolescent ! Il n’y a pas besoin d’avoir une fente faciale pour devoir passer entre les mains de l’orthodontiste. S’il n’y avait que l’orthodontiste, ça pourrait encore aller ! Mais ces bagues ! Toute cette ferraille, ces “clôtures sur les dents“ comme le chante Linda Lemay avec son accent québecois. Il faut souffrir pour être beau, dit-on. Eh ! bien, s’il y a un domaine où ce dicton est vérifié, c’est bien celui de l’orthodontie. Mais, avouons-le : c’est un mal nécessaire. Peu de gens ont la chance d’avoir, naturellement, des dents parfaitement alignées. De plus, même une fois alignées orthodontiquement, il y a des risques de récidive, avec le temps, c’est-à-dire que les dents prennent un malin plaisir à vouloir revenir dans leur ancienne position. Enfin : pas toutes les dents, surtout les incisives (dents de devant). C’est pour cela qu’il faut porter, après la “clôture sur les dents“, des appareils de stabilisation (contention) pendant un certain temps. Mais avant d’en arriver à la phase de contention, quel travail !


Une fente faciale, qu’elle touche la lèvre seule ou la mâchoire et le palais, entraîne toujours des malpositions dentaires souvent difficiles à corriger. Plus difficiles en tous cas que les malpositions des personnes n’ayant pas eu de fente. Les problèmes orthodontiques les plus courants sont liés à :

1) la fente elle-même : la mâchoire est séparée en deux ou trois morceaux, à la naissance et il manque de l’os pour les dents proches de la fente ; de plus, il manque souvent une ou plusieurs dents, ou au contraire, certaines dents peuvent se dédoubler et il y en a trop. Les dents de devant sont très souvent mal placées, tournées, penchées etc…

2) la chirurgie primaire (opération pour fermer la fente quand tu étais bébé) : on est obligé d’opérer très tôt et cela laisse toujours des traces sous forme de cicatrices plus ou moins visibles. Les cicatrices qu’il y a sur le palais ne se voient pas de l’extérieur mais elles empêchent la mâchoire supérieure de grandir correctement. Parfois au point que seule une opération chirurgicale est capable de corriger le problème.

Pour toutes ces raisons, l’orthodontie est un mal nécessaire. Heureusement, de grands progrès ont été réalisés ces dernières années. Le plus important de tous est le fait que l’on réalise sytématiquement une greffe osseuse alvéolaire (vers l’âge de 10 ans), ce qui permet de fermer le trou et d’aligner les dents pour redonner tout l’éclat au sourire.

L’orthodontiste veille à ce que cette greffe se fasse au meilleur moment et il collabore avec le chirurgien maxillo-facial de l’équipe, en élargissant par exemple la mâchoire avant la pose de la greffe, afin d’obtenir une arcade dentaire de forme pratiquement normale.

Tout faire pour fermer la fente et éviter une prothèse (implant, bridge, prothèse amovible)
Après la greffe on peut aligner les dents de devant dans un but essentiellement esthétique, à l’aide de quelques “brackets“ (synonymes : bagues, verrous, attachements orthodontiques etc…). Le but est d’obtenir un bon alignement en un minimum de temps. Rappelle-toi que cela se fait environ 6 mois après la greffe, c’est-à-dire à l’âge de 10 ans environ. Toutes les dents ne sont pas encore là, mais le besoin esthétique, lui, l’est.

Ensuite, on attend un ou deux ans avant de planifier le traitement orthodontique “final“. Si les conditions sont favorables et le permettent (c’est-à-dire si la mâchoire du haut a bien grandi), on pourra faire ce traitement entre l’âge de 12 et 15 ans environ. Si malheureusement la mâchoire du haut ne grandit pas suffisamment et qu’un gros décalage se développe entre la mâchoire du haut et celle du bas, on devra alors envisager un traitement orthodontique combiné à une opération des mâchoires. Parce que le décalage entre les mâchoires est trop important pour être corrigé seulement avec des “bagues“.

A ce moment-là, on devra attendre pour commencer le traitement orthodontique vers la fin de la croissance pubertaire. Le traitement combiné orthodontique/chirurgical doit se faire conjointement, c’est-à-dire qu’il faut mettre les appareils environ 12 à 18 mois avant l’opération. Les bagues restent en place pendant et après l’opération.

Après l’opération, on doit “fignoler“ l’engrènement dentaire et les bagues sont encore indispensables pendant environ 8 à 12 mois. Ce traitement dure, en tout, entre 2 et 3 ans…Mais le résultat en vaut vraiment la peine.


L’hygiène dentaire ! Encore et encore , on ne le répètera jamais assez !

Comme pour tous tes amis qui ont à subir un traitement orthodontique, tu devras faire particulièrement attention à ton hygiène dentaire. Toute cette “ferraille“ ne facilite sûrement pas le brosage des dents et il faut à la fois utiliser une technique de brossage appropriée, régulière, et aussi prendre le temps de le faire. Un brossage efficace ne se “bâcle“ pas en quelques secondes. Il faut au moins trois minutes ! C’est un minimum. On te fera la démonstration au moment de la pose des bagues. Et on te bassinera à chaque séance de contrôle si tes dents ne sont pas propres.

Inlassablement. C’est tellement important. Certaines personnes pensent que, parce que leurs dents sont dans tous les sens, qu’elles ne sont pas joliment alignées, elles ne valent pas la peine que l’on se fatigue à bien les brosser. Ces personnes ont tort, c’est sûr. Tu ne dois en tous cas pas en faire partie. Durant le traitement orthodontique, si tes dents ne sont pas bien nettoyées, régulièrement, les dépôts de plaque dentaire causeront des décalcifications (débuts de caries superficielles) sous forme de taches blanches irréversibles (c’est-à-dire qui ne s’enlèveront plus).

On verra alors, des années après la fin du traitement, ces traces disgracieuses, preuves de mauvais soins. Tes dents de lait, tu les perdras. Tes dents permanentes, elles, sont irremplaçables. Prends-en soin. Elles feront toujours partie de ton sourire.

L’orthodontie, douloureuse ? Ca dépend…

Il est indéniable que les traitements orthodontiques ne sont pas la partie la plus excitantes ou la plus “cool“ d’une vie d’adolescent. Au début surtout, c’est même franchement désagréable, parfois douloureux. Pour bouger (c’est le but de l’orthodontie, bouger les dents…), tes dents doivent subir une certaine pression. Cette pression (développée par l’arc ou le fil qui relie les dents entre elles) engendre un état d’inflammation chronique permettant le mouvement dans l’os, mais provoquant en même temps une certaine gêne voire carrément des douleurs, surtout lorsque l’on mange, mastique etc…Cette période désagréable est heureusement passagère et après quelques semaines, on s’habitue à ces désagréments.

Tu peux contribuer à accélérer les choses

Comme on ne peut nier ni éviter ces points négatifs, il faut tout faire pour que le traitement dure le moins longtemps possible. Pour cela, il n’y a pas de miracles : il faut venir régulièrement aux rendez-vous, maintenir une hygiène dentaire irréprochable, et suivre les instructions spécifiques de l’orthodontiste.

Par exemple pour le port des élastiques : dans de nombreuses situations, il est nécessaire de devoir porter des élastiques pour faire bouger tes dents. Ces élastiques doivent être portés tout le temps ! Sauf pendant les repas, bien entendu, et lorsque tu te brosses les dents. Les dents ne se déplacent que si une pression constante est appliquée sur elles. Sinon, le mouvement s’arrête, repart avec les élastiques en place, puis s’arrête de nouveau si les élastiques ne sont pas portés. Le traitement durera alors beaucoup plus longtemps.

Encore deux mots au sujet de la greffe osseuse…

Quelques mots sur le traitement orthodontique en relation avec la préparation à la greffe osseuse alvéolaire. La fente de l’alvéole (partie de la mâchoire qui supporte les dents) doit être comblée par une greffe osseuse afin de l’éliminer et de permettre aux dents permanentes (surtout la canine) de pousser dans un os normal et, par la suite, d’être bien alignées pour que l’on ne voit plus qu’il y avait une fente. Il est possible de réaliser cela seulement grâce à cette greffe et avec un traitement orthodontique.

Avant de poser la greffe, on doit très souvent élargir la mâchoire pour lui donner une forme tout à fait normale, avant de “souder“ les deux parties de la mâchoire séparée par la fente à l’aide de la greffe. Cet élargissement (appelée“expansion“) se fait avec une plaque collée sur les dents, et munie d’un vérin (“vis“) que l’on active rapidement. En général, il ne faut pas plus de 3 à 4 semaines pour faire cette expansion. La plaque reste collée pour stabiliser la mâchoire pendant et après la pose de la greffe. La plaque reste en place 2 à 3 mois après l’opération. On la décolle ensuite et elle doit continuer à être portée pendant quelques mois, mais alors elle est amovible, c’est-à-dire que tu pourras l’enlever pour manger et te brosser les dents.

Et après ?

Six mois après la greffe, quand l’os est bien consolidé, on pourra aligner tes dents de devant.
Après ce court traitement, tu auras la paix 2 ou 3 ans, avant le “vrai“ traitement orthodontique. Celui-ci durer entre 2 et 3 ans. Si les problèmes sont plus difficiles à corriger et que l’on préfère attendre la fin de la croissance pour faire ce traitement ainsi qu’une opération de chirurgie maxillo-faciale, alors tu seras tranquille pendant 4 ou 5 ans, avant de commencer le traitement orthodontique final.

Tout cela est pensé pour que tu n’aies pas à subir un traitement orthodontique trop long. Seul un orthodontiste spécialisé dans le traitement des séquelles des fentes faciales est capable d’assurer un traitement planifié en fonction des problèmes particuliers que posent les diverses formes de fentes faciales. De la même manière, seul un chirurgien maxillo-facial spécialement formé et entraîné peut offrir les meilleurs soins que requièrent ces traitements particulièrement complexes. Encore une fois, c’est pour cela que ces spécialistes sont réunis au sein d’une équipe pluri-disciplinaire, afin de collaborer avec tous les autres spécialistes de cette équipe.

Contrôles dentaires réguliers

A part tout cela, il ne faut surtout pas oublier les soins dentaires réguliers que tout un chacun devrait recevoir. Si depuis quelques décennies la fréquence des caries a diminué dans la population et particulièrement dans la population jeune, dont tu fais partie, on assiste malheureusement à un début de renversement de la situation et une certaine recrudescence de la fréquence des caries et autres maladies dentaires comme la parodontite (inflammation chronique des gencives et de l’os de soutien des dents, accompagnée entre autres de problèmes de déchaussement des dents).

C’est pourquoi, il ne faudrait pas négliger des contrôles réguliers chez ton médecin-dentiste traitant et des visites chez l’hygiéniste dentaire, afin de conserver des dents saines et éclatantes. Bien sûr, l’orthodontiste est capable de déceler des caries ou autres problèmes dentaires, et il ne manque pas d’examiner tes dents sur tous les plans. Mais il est nécessaire d’être suivi, en parallèle, par son médecin-dentiste traitant.

Voilà. C’est tout pour aujourd’hui.

Une autre fois, nous parlerons plus en détail de chirurgie, de chirurgie esthétique, de logopédie, de problèmes d’intégration sociale et de développement personnel. Cette brochure est publiée deux fois par année. Elle est destinée, au départ, aux parents. Les enfants et adolescents y ont aussi leur mot à dire. J’espère que quelques uns d’entre vous prendront la plume ou utiliseront l’email pour parler de vos petits et grands problèmes, pour poser des questions ou simplement pour parler de vous. Pas besoin, pour cela, d’être un grand écrivain. Un simple email et on vous répondra.

Bien à vous. A plus !

PS : ce texte s’inspire de la brochure éditée par la Cleft Palate Foundation
(Cleft Palate Foundation’s publication series. 104 South Estes Drive, suite 204, Chapel Hill, NC 27514. USA),
sous le titre : As you get older. Information for Teens Born with Cleft Lip and Palate, 2002.
en anglais malheureusement, mais qui est très intéressante car elle aborde de manière simple et directe les problèmes de l’adolescent confronté aux séquelles d’une fente faciale.

PPS : en cas de question brûlante, ou de besoin urgent, ou d’envie de communiquer,
Ou, tout simplement, pour t’exprimer : deux adresses :

info@flmp.ch
baoreilles@hotmail.com
georges.herzog@hispeed.ch[/img][/b]
Invité
 

le spr l'operation de la machoire

Message par cricri » 24 Fév 2005 8:55

bonjour a tous je suis vraiment enbeter car malgrée les site super je ne trouve pas ce don j'ais besoin; je voudrais tous savoir sur loperation de la machoir surtout quand elle est en retrais .les risque, les suite, comment ca se passe, quelle aventage ect... mercie a vous tout pour votre site. cricri
cricri
 

Opération de la mâchoire supérieure

Message par Invité » 24 Fév 2005 17:10

consultez l'adresse web: http://afjcmf.free.fr/lefort.htm

je me permets de vous soumettre la description de l'ostéotomie Lefort I que ce site propose:


L’ ostéotomie du maxillaire supérieur
(ostéotomie de Lefort I)


L'ostéotomie d'avancement du maxillaire supérieur réalisée dans le but de placer l'arcade dentaire supérieure en position normale donc en avant de l'arcade dentaire inférieure.
L'esthétique des lèvres et du menton est normalisée.


Pourquoi opérer ?


Cette intervention apporte presque toujours une très grande satisfaction aux patients. Son résultat est souvent spectaculaire et améliore souvent considérablement l'harmonie du visage.

L’ostéotomie du maxillaire supérieur (ostéotomie de Lefort I) a pour objectif de repositionner le maxillaire supérieur avec l’arcade dentaire supérieure et le palais en cas de trouble de l’occlusion dentaire, de visage trop court ou au contraire trop long. C'est ce type d'intervention qui permet par exemple de corriger le sourire gingival (apparition disgracieuse et excessive des dents et de la gencive lors du sourire). L’intervention chirurgicale permet d’obtenir une normalisation des rapports des maxillaires, de l’occlusion et du profil du visage. Auparavant, une étude clinique, radiographique et des moulages des arcades dentaires sont toujours réalisés.

Le trouble de l’occlusion dentaire est lié au fait que le maxillaire supérieur est:
- trop en arrière : on dit que la personne est rétrognathe
- asymétrique

Les anomalies de l’occlusion dentaire ont des conséquences à court, moyen et long terme qu'il faut connaître car elles peuvent justifier l'intervention chirurgicale. En effet, cela peut entraîner :

- des risques importants de déchaussement des dents entraînant leur perte précoce

- des anomalies des articulations des mâchoires (articulations temporo-mandibulaires) avec des douleur des craquements, des claquements, des contractures musculaires

- une gène à l’alimentation ou à l’élocution

- un retentissement esthétique en cas d’anomalie importante de position du maxillaire supérieur



Généralement, l’ostéotomie du maxillaire supérieure est associée à une préparation orthodontique réalisée par un spécialiste en orthodontie. Une finition post opératoire peut être nécessaire de manière à consolider le bénéfice de l’intervention chirurgicale. Dans certains cas, une ostéotomie de la mandibule est associée (ostéotomie bimaxillaire) ainsi qu’une intervention sur le menton (génioplastie).


Comment se déroule l’intervention ?

La durée prévisible d’hospitalisation est de 3 jours.
Vous serez hospitalisé la veille de l’intervention et vous reverrez votre chirurgien. N’hésitez pas à lui poser des questions sur l’intervention. Il vous sera demandé de vous doucher et de vous brosser les dents puis de rester strictement à jeun à partir de minuit (ni aliments, ni boissons, ni tabac) jusqu’à l’intervention.

Le lendemain, une prémédication vous sera donnée. restez couché car vous risqueriez de chuter du fait de la somnolence induite par la prémédication.
L'opération est pratiquée sous anesthésie générale et vous serez donc totalement endormi.

Il existe différentes techniques opératoires. Dans tous les cas, le maxillaire est abordé par des incisions de la muqueuse buccale donc dans la bouche : pas de cicatrice. L'os est coupé des deux côtés au-dessus des racines dentaires. Le maxillaire est alors déplacé dans la direction prévue avant l’intervention. Parfois une greffe osseuse est nécessaire pour stabiliser la nouvelle position du maxillaire supérieur (cette greffe peut être prélevée sur le crâne ou au niveau du bassin).

Le maxillaire est fixé dans sa nouvelle position au moyen de vis, de fils d’acier ou de plaques (ostéosynthèse). Pour le dans la position idéale, des arcs en métal ou en plastique sont ou auront été fixés aux arcades dentaires supérieure et inférieure. Ces arcs permettent de réunir le maxillaire supérieur et la mâchoire par des fils métalliques ou des élastiques. Si vous portez déjà un appareillage (arcs orthodontiques, multibague), il pourra être utilisé.

Le plus souvent, en fin d'intervention, le maxillaire supérieur et la mâchoire restent fixés entre eux avec des fils d’acier ou des élastiques pour une durée qui sera précisée par le chirurgien (on dit que la mâchoire est bloquée, le patient ne peut pas ouvrir la bouche). Les arcs sont retirés sous anesthésie locale au bout de 4 à 6 semaines.
Le matériel d’ostéosynthèse (les plaques et les vis) peut être retiré au cours d’une autre intervention, 6 mois au moins après la première.


Les suites opératoires


Généralement, la mâchoire est limitée dans ses mouvements durant les quelques jours qui suivent l’intervention. Il faudra donc prévoir une alimentation molle ou liquide pendant cette période.
On observe après l’intervention des œdèmes (inflammation) des joues et des lèvres et, dans certains cas, des hématomes, qui disparaîtront en quelques jours.
Si vous avez des douleurs, elles pourront être traitées par des antalgiques.
L’ouverture de la bouche pourra être restreinte dans un premier temps et se normalisera petit à petit.

Les premiers jours, des saignements modérés peuvent survenir au niveau de la plaie chirurgicale.
Lorsque la plaie a été recousue à l’aide de fils non résorbables, ceux-ci devront être retirés une fois la cicatrisation terminée.

Dans certains cas, des antibiotiques sont prescrits.
Pour obtenir une cicatrisation dans de bonnes conditions après l'opération, certaines précautions doivent être respectées :

- l’alimentation doit être liquide ou semi-liquide, tiède ou froide. Il faut éviter une nourriture trop chaude, trop épicée ou trop acide comme les jus d’orange,

- malgré les œdèmes et les douleurs, une bonne hygiène buccale est indispensable pour que la cicatrisation se fasse sans complication. Après chaque repas, les dents et les gencives devront être nettoyées par brossage. Des bains de bouche sont prescrits en complément du brossage. Le jet hydropulseur peut également être utilisé,

- Il faut arrêter absolument le tabac, l’alcool et tous les irritants jusqu’à la fin de la cicatrisation de la plaie.

Le déplacement du maxillaire entraîne une modification plus ou moins importante du visage. En fonction du déplacement du maxillaire, le nez peut par exemple être plus large et/ou plus relevé. En règle générale, l'opération permet de façon fiable d’obtenir une meilleure harmonie faciale de face et de profil. Il est cependant nécessaire de surveiller le résultat de l'opération par des examens de contrôle réguliers afin de repérer à temps un très rare changement de position de la mandibule avec les troubles de l’articulé qui en résulteraient. Un traitement orthodontique peut à nouveau être nécessaire. Dans de rares cas, il faudra procéder à une autre opération.

Les risques

Toute intervention chirurgicale comporte des risques, heureusement exceptionnels mais dont nous sommes tenus de vous informer. Il n'est bien sûr pas possible d'aborder ici de façon exhaustive tous les risques liés à une intervention sous anesthésie générale. Toutefois, nous abordons ici les principales complications et restons à votre disposition pour toute information ou explication complémentaire.

- Saignements. Des saignements abondants sont rares au cours de l'intervention, mais peuvent rendre exceptionnellement une transfusion de sang ou de dérivés sanguins nécessaire. Des prélèvements sanguins pour autotransfusion peuvent être décidés dans certains cas rares (par exemple si une ostéotomie dite bi-maxillaire est prévue, c’est-à-dire touchant les deux mâchoires. En cas de saignements secondaires post-opératoires très importants, il peut être nécessaire de rouvrir la plaie, de réaliser un méchage ou une hémostase chirurgicale.

- Inflammation / infection. De manière très rare, il peut se former malgré l’administration d’antibiotiques une inflammation ou une infection qui nécessitent un traitement spécifique : par exemple un abcès (collection purulente) devra être incisé. Dans des cas exceptionnels, le matériel étranger (pièces métalliques) implanté doit être retiré en raison d’une mauvaise tolérance.

- Anesthésie de la lèvre supérieure ou des dents. Du fait du trajet des nerfs dans le maxillaire, des troubles de la sensibilité (sensation d’engourdissement, disparition complète de la sensibilité ou perceptions douloureuses…) peuvent survenir au niveau de la lèvre supérieure, des dents maxillaires, de la gencive et du palais.

Ces troubles disparaissent généralement complètement après quelques semaines ou mois. Il est rare que des troubles de la sensibilité soient définitifs après une ostéotomie du maxillaire supérieur.

- Lésion de dents. Dans de très rares cas, des racines dentaires peuvent être lésées et nécessiter un traitement (résection apicale, dévitalisation, implant en cas de perte de dent…, etc.). Il arrive que certaines dents soient temporairement un peu sensibles après le meulage.


- Sinusite maxillaire : La section du maxillaire passant par le sinus, des épisodes de sinusite peuvent survenir, ceci est rare.


- Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire. Des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire déjà présents peuvent persister ou apparaître après l’intervention. Il est rare qu’ils se poursuivent après le traitement orthodontique. Le cas échéant, d’autres gestes thérapeutiques seront nécessaires.


- Récidive. Dans de très rares cas, une dégradation progressive de l’occlusion dentaire revenant en position de départ peut s’observer après l'opération (récidive). En cas de signes d’une modification de l’occlusion, il faut consulter votre chirurgien ou votre orthodontiste. Un traitement orthodontique et/ou chirurgical peut devenir nécessaire.


Ce que vous devez prévoir

- L'arrêt de travail recommandé par votre chirurgien.

- Ne pas prendre d'aspirine dans les 10 jours qui précèdent l'intervention (augmentation du risque d'hématome).

- Apporter vos médicaments si vous suivez un traitement médical.

- Prévoir qu'une consultation postopératoire sera nécessaire vers le 7ème jour habituellement pour l'ablation des points de sutures, et un suivi médical de plusieurs mois.

- Autant que possible se procurer au préalable les médicaments et produits nécessaires aux soins postopératoires (antalgiques, bains de bouche…).

- Arrêter de fumer au moins dans la période péri opératoire.
Invité
 

Re: le spr l'operation de la machoire

Message par Invité » 25 Avr 2006 20:42

cricri a écrit :bonjour a tous je suis vraiment enbeter car malgrée les site super je ne trouve pas ce don j'ais besoin; je voudrais tous savoir sur loperation de la machoir surtout quand elle est en retrais .les risque, les suite, comment ca se passe, quelle aventage ect... mercie a vous tout pour votre site. cricri
moi aussi j la machoir en retrai et franchement quand je souri je sui extrenement complexer moi aussi je doi subir une intervention
Invité
 

OPERATION EN JUILLET

Message par thehippy » 19 Mai 2006 9:00

Salut! Moi j'ai 17 ans et je me fais opérer en juillet... je rentre à l'hosto le 19 à Paris :S ... J'ai la mâchoire inférieure vraiment en retrait, j'ai une béance assez sympa... Bref je porte déjà un appareil depuis 5 ans dc trop c'est trop j'ai pas fait tout ce travail pour rien, et l'opération c'est le seul moyen... Seuleument j'ai peur que ma machoire reste bloquée ou que les antalgiques ou la morphine ne fassent rien... ou alors que je ne puisse plus chanter ou parler ( je m'épanoui dans le milieu artistique donc si on m'enlève ça, on m'enlève tout! )... C'est ma mère qui me met le + en flip , parceque dès qu'on parle de ça elle veut pas, ça lui fait peur. Elle croit que je me rends pas compte, mais je sais bien que ça va être douloureux et pas du tout agréable, je suis pas stupide non plus, mais si c'est le seul truc à faire bah voilà c'est comme ça faut s'y faire... Du coup maintenant c'est moi qui suis en flip j'arrête pas de me poser des questions... Ca se voit pas beaucoup quand je me met de profil, mais moi je le vois...et alors le sourire à la julia roberts c un peu tendu pour moi vu que j'ai une béance de près de 2 cm entre la mâchoire supérieure et inférieure... Si il y en a qui vont subir l'opération ou qui l'ont subite ou qui pourraient me rassurer, me répondre ça me ferait plaisir!!!
BzOo et Bon courage à vous tous!
The hippy
thehippy
 

opération

Message par Cri » 14 Juin 2006 18:05

Bonjour,
je me suis fait opérer le 3 mai et j'étais très nerveuse. Je suis extrèmement satisfaite du résultat. J'avais la machoîre du bas trop avancé et celle du haut trop avancé. J'ai présentement des fils qui retiennent ma bouche, donc je ne peux pas l'ouvrir. Je vais me faire enlever tout ça demain. Je n'ai eu presque pas de douleur. C'est évident que c'est une grosse opération, mais je crois que ça en vaut vraiment la peine. Je ne le regrette aucunement.
Bon courage et bonne chance!
Cri
 


Retour vers Orthodontie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) inscrit(s) : Aucun utilisateur inscrit

cron